Les urgences du Benthos. Exploration des fonds marins du Détroit de Magellan

Par Paula López Wood

La résidence qui convoque ici trois des artistes du programme Resonancias naît de la zone maritime et des fonds marins du détroit de Magellan. Julie Pichavant, Michelle-Marie Letelier et Karen Reumay ont été invitées avec Savka Talma et Pablo Delgado, étudiants en architecture à l’Université de Magallanes (UMAG), à l’extrémité sud du continent américain pour travailler sur l’envers de cette vaste frange d’eau, un corridor bio-océanique qui relie le Pacifique et l’Atlantique, également appelés ‘la mer du Sud et la mer du Nord’ par les chroniqueurs de l’expédition de Fernand de Magellan il y a cinq siècles.

Le premier défi de cette rencontre qui a fait naître des liens et des échanges entre artistes, scientifiques et étudiants a été de comprendre que les résidents doivent penser, créer et travailler collectivement avec ce qui, par le simple fait d’exister sous l’eau, n’est pas habituellement vu ou raconté. La question initiale qui s’est posée à la résidence était la suivante : comment représenter ou se mettre en relation avec l’invisible ?

Pour le coordinateur des arts et des cultures de l’UMAG, Rafael Cheuquelaf, la raison pour laquelle cette version de Resonancias a été baptisée Emergencias del Bentos (Les urgences du Benthos, NdT) est liée aux particularités écosystémiques de cette région de Patagonie. On y trouve les dernières forêts tempérées froides de la planète, d’énormes réserves d’eau grâce à la présence des champs de glace, des forêts d’algues uniques au monde qui produisent de grandes quantités d’oxygène et de nutriments pour la mer. Mais cette richesse implique également une tension entre ceux qui exploitent intensivement le territoire et ceux qui cherchent à le préserver.

“Nous avons voulu expliquer un domaine auquel nous sommes liés sans en avoir conscience”, explique Rafael Chequelaf, qui est né et vit à Punta Arenas. “Dans la région de Magallanes, la plupart des familles sont, d’une manière ou d’une autre, liées au benthos, souvent sans le savoir. La pêche est la principale source de revenus et d’emploi ici. Nous avons tous un membre de notre famille qui est pêcheur, quelqu’un qui travaille dans une conserverie ou dans un port. L’art permet d’aborder sous un angle différent un sujet auquel nous ne pensons pas la plupart du temps et pour lequel nous avons également une vision très anthropocentrique. C’est le thème, la vie sous l’eau, de notre relation à la mer.”

Le contact des artistes avec le benthos – entendu comme les communautés biologiques qui habitent et dépendent du substrat des fonds marins, des lacs et des rivières pour survivre – serait, à partir de leur propre frontière humaine, une dynamique de recherche pour apprendre à connaître un environnement étranger à leur expérience quotidienne. Les résidents et l’équipe de coordination de l’UMAG ont parcouru cette bande bleue et se sont immergés dès leur arrivée sur le front de mer de Punta Arenas, dans des visites aux laboratoires de macroalgues de l’Institut Antarctique Chilien (INACH), au pavillon des collections d’hydrobiologie conservées par l’Institut de Patagonie depuis les années 1970, mais aussi à la proue du ferry qui traversait le détroit en pleine tempête. Au cours de leurs conversations avec des pêcheurs, des marins, des scientifiques, acteurs culturels, des militants et des conservateurs, ils ont obtenu des éléments de l’histoire les aidant à constituer leur journal de bord et à donner leur propre sens au territoire, une poétique de la mer australe qui implique une immersion tout aussi profonde dans le benthos de Magellan.

Peut-être plus que tout autre travail, l’art a su composer avec ce qui n’est pas évident à première vue, avec ce qui est interdit, avec ce qui manque de lumière pour contempler avec clarté les horizons du visible, et même avec ce qui est permis par l’environnement pour la survie de ses espèces. Se plonger dans les espaces sombres, les puits profonds, ces eaux glacées et denses qui évoquent le monde aquatique souterrain de la Patagonie, implique de se connecter à des sensibilités qui sont rarement narrées dans la pratique artistique. La résidence a rapproché les trois artistes-voyageurs du métier de ces plongeurs et pêcheurs artisanaux du sud de la Patagonie qui doivent plonger dans les canaux entourant les glaciers pour trouver des oursins et des coquilles Saint-Jacques, ainsi que du navigateur canotier dont la survie dans ce territoire labyrinthique d’eau et de jungle insondable dépend de son habileté à la rame et de la possibilité de trouver des ressources à collecter pour sa famille.

Ainsi, les artistes-résidents ont repris la tradition du voyage en Patagonie sous une nouvelle perspective et se sont lancés dans un périple à travers le détroit pour recueillir des sons, des textures, des voix, des passages et des histoires, bien que ce ne soit plus comme les explorateurs du XVIe siècle qui, avec courage et passion, ont fait du détroit de Magellan une nouvelle planétaire, ni comme les naturalistes du XIXe siècle qui, en explorant ces canaux et ces montagnes couronnées de glaciers, ont découvert et déraciné – souvent sans limite ni conscience – une culture qu’ils ramenaient dans leur pays comme un trophée, sans demander leur avis aux habitants de ce territoire.

Ainsi, ce qui a suivi ces voyages de conquête et d’exploration, ce sont aussi des blessures sociales et historiques colossales. Des rencontres fatales ainsi que plusieurs ethnocides et génocides qui font encore mal. C’est pour toutes ces raisons que les voyageurs résidents d’aujourd’hui savent que l’élément central de ce voyage est le processus, la réciprocité avec les organismes qui peuplent ce benthos et les communautés locales qui les accueillent à chacune de leurs escales.

“La première chose qu’une personne qui vient dans cet endroit doit faire est écouter. Devenir plus ou moins invisible, se découvrir en silence, regarder les signes de la nature sans faire de bruit, et aussi demander pardon”, explique l’artiste et comédienne française Julie Pichavant. Pour elle, qui ne connaissait pas la Patagonie mais avait travaillé sur le thème de l’eau avec des communautés locales en Colombie, il était fondamental de réfléchir aux implications de la rencontre avec des paysages aussi majestueux. ” Ici, les gens se figent devant la beauté du paysage, ils oublient la glace, le froid de la mer, il y a aussi beaucoup de suicides, peut-être à cause du manque de lumière en hiver ou de l’intensité de leur histoire “. C’est peut-être le prix à payer pour toute cette souffrance, ou pour que la mer révèle ses secrets”, explique l’artiste, qui a terminé sa résidence par la lecture théâtralisée d’un texte qu’elle a écrit pendant le mois de son séjour dans la région de  Magallanes, à la Faculté d’Architecture de l’UMAG.

Le voyage de Punta Arenas à Puerto Williams sur le ferry Yaghan dure 32 heures. Les résidents ont quitté la protection du port de Punta Arenas pour s’engager dans les canaux solitaires du cap Brecknock, du canal des Baleiniers et enfin du Beagle. La tempête qui les a frappés cette nuit-là a remué non seulement le navire, mais aussi les croyances et les hiérarchies qui ont caractérisé la gestation de ce voyage d’exploration de la région de Magallanes. Le détroit est l’articulateur d’un grand désordre géographique de 30 000 îles, c’est le canal qui unit et sépare, le mélangeur d’eaux. Dans ces dialogues d’écoute, de mise en récit des relations entre ceux qui voyagent, vivent et participent à ces traversées, les relations ne peuvent plus être verticales mais rhizomatiques, comme les forêts d’algues qui dansent sous le bateau qui les transporte.  Et pour s’immerger poétiquement, il faut aussi se mettre à la place de l’autre, même de l’ennemi, même du plus incompris, comme c’est le cas aujourd’hui du saumon introduit dans les canaux de Patagonie.

Michelle-Marie Letelier est une artiste originaire de la vallée centrale du Chili, de Rancagua, mais elle vit à Berlin depuis près de deux décennies. Son objectif dans cette résidence était d’y amener l’œuvre El hueso, qui consiste en une vidéo de réalité virtuelle où la voix du protagoniste est un saumon représenté par un crâne gisant sur un fond marin entouré d’algues. Michelle-Marie avait déjà travaillé avec le saumon de l’hémisphère nord qui, contrairement à celui qui envahit aujourd’hui les eaux patagoniennes, est naturel et est même vénéré par les communautés Sami de Norvège.

“J’ai voulu ouvrir la possibilité d’un dialogue ancestral entre le nord et le sud, entre les communautés Sami et Yagan”, explique l’artiste à propos des contrastes générés par l’histoire de ces saumons parents, l’un sauvage et l’autre captif, qui a provoqué une débâcle environnementale dans le sud du Chili. “J’ai commencé à faire des recherches sur le saumon en Norvège, il s’agit là-bas d’une espèce ancestrale, mais en tant qu’artiste chilienne, j’ai toujours voulu retourner en Patagonie et me concentrer sur le saumon qui est perçu comme une espèce invasive, un ennemi, un outil néocolonial”, explique l’artiste.

Sur la vidéo, le saumon s’adresse à ses cousins captifs, ceux qui ont été introduits dans la région de Magallanes et qui menacent aujourd’hui le benthos de ces eaux de grande pureté, il les appelle à se souvenir, à ne pas oublier que de l’autre côté de la planète, ils ont des frères qui sont libres, qui ont même inspiré des chansons et des histoires aux communautés indigènes. Le saumon captif est, dans l’œuvre de Michelle-Marie Letelier, un sacrifice qui fait prendre conscience de la grave urgence climatique que nous vivons. Dans cette optique, les dialogues générés par la résidence avec les activistes qui résistent à l’expansion de l’industrie du saumon, comme la leader Kawésqar Leticia Caro et la présidente de la Convention Constitutionnelle Elisa Loncón, ont été cruciaux pour rendre compte de la lutte que les habitants de l’extrême sud mènent pour résister à ce nouveau processus de conquête et d’extractivisme que le territoire subit aujourd’hui. “Travailler avec les fonds marins, penser à ce que l’on ne peut pas voir, à ce qui se trouve sous la mer, a un rapport avec l’inconscient, quelque chose de très poétique, il s’agit de nous reconnaître en tant qu’espèces issues de cet utérus marin”, explique Michelle-Marie Letelier.

La chorégraphe, danseuse et psychologue Karen Reumay a enregistré depuis la proue du ferry les sons qui ont surgi de ce voyage dans les canaux du détroit. Réécrivant le geste des naturalistes, elle documente dans des enregistrements et des carnets de bord les textures des vagues, le son de ce détroit dont elle est témoin depuis son enfance, et qu’elle observe à nouveau maintenant avec des yeux différents. Pour Karen, son travail avec la danse consiste à intégrer le large spectre des zones qui composent l’être humain : physique, mental et émotionnel. Son travail a consisté à analyser les éléments de la nature qui sont associés au corps, et à partir de là, à créer une pièce de danse, qu’elle a intitulée Patagonia elemental (Patagonie Elémentaire).

L’élément qu’elle a abordé dans cette résidence est l’eau de Magallanes dans sa composante émotionnelle, en tant que contenant ou concavité maternelle. Pour elle, les algues représentent le placenta qui protège tous les organismes qui cohabitent dans le benthos, “des barques ou des radeaux qui contiennent d’autres vies”. Et le détroit est cette longue frange d’eau protégée des grandes marées, des courants et des vagues qui offre une oasis de paix au morceau de terre qui y pénètre à Punta Arenas, où elle vit actuellement, secondée par la fureur de deux océans qui se disputent la fin du continent.

Un autre cimetière a été démantelé par cette résidence, pendant ce voyage dans les eaux du sud. Le postulat de Julie Pichavant est que pour faire de l’apnée – le nom de son projet artistique – il faut arrêter de respirer. Dans cet état de crise, de survie, l’artiste a entrepris un voyage émotionnel et intellectuel qui l’a amenée à renouer avec les racines et l’histoire de son grand-père marin marchand, qui a voyagé de la France à Valparaíso, et à faire face de cette manière à la perte d’un ancêtre avalé par la mer. En naviguant dans les chenaux entourés de glaciers, Julie pensait que le benthos de ces fonds marins était constitué non seulement de forêts d’algues, mais aussi de morts, tous ceux qui, comme son grand-père, ont été engloutis par la mer. L’écoute des voix de ce benthos, des fragiles canoës ancestraux Yamana qui passaient par là bien avant l’immense ferry qui transportait à ce moment les résidents, le grondement des glaciers qui s’effondrent le long du bras nord-ouest du canal de Beagle, les couches géologiques qui témoignent du recul dramatique des glaces, le silence d’un lac qui n’apparaît plus sur les cartes parce qu’il s’est asséché, ont fait émerger la métaphore de l’apnée proposée par Julie Pichavant. Arrêter de respirer était aussi un geste de protestation. “Si nous continuons à endommager ces écosystèmes, nous ne pourrons plus respirer”, souligne-t-elle.

À la fin du voyage, les artistes se sont rendus compte – notamment grâce au dialogue avec les scientifiques – que, tout comme les organismes qui peuplent les fonds marins se soutiennent et se soignent mutuellement, les humains doivent faire partie de ce réseau trophique de protection mutuelle. Erika Mutschke est la conservatrice du pavillon des collections biologiques Edmundo Pisano de l’Institut de Patagonie et a été la conseillère scientifique de la résidence. Elle a ouvert les portes aux artistes pour qu’ils fassent connaissance avec l’immense archive de plus de 40 000 spécimens collectés de 1971 à ce jour, qui conserve la mémoire des espèces vivantes mais aussi éteintes de la région de Magallanes et de l’Antarctique. Des étoiles de mer, des coraux, des mammifères, des chauves-souris, des œufs, des nids, ainsi que des petits poissons endémiques tels que les “galaxias”, que l’on peut désormais observer dans les rivières de la région en raison de la présence prédatrice des saumons. La question qui s’est inévitablement posée en voyant ces énormes archives de la nature était la suivante : qui peut encore douter de l’interdépendance entre la Terre et les êtres qui l’habitent ?

À Puerto Williams, l’équipe a débarqué sur le quai et a commencé les préparatifs pour présenter les des œuvres programmées. Michelle-Marie a présenté son œuvre El hueso au Musée Martin Gusinde à un public qui n’avait jamais fait l’expérience d’une œuvre en réalité virtuelle.

Mais la zone de contact entre les résidents itinérants et la communauté locale a également provoqué des réactions aux dimensions dans lesquelles chacun vit. Le front météorologique n’avait pas seulement secoué les corps et les esprits des résidents pendant la navigation du Beagle, il a également retardé la visite prévue du parc d’Omora et de ses milieux tourbeux, ainsi que le voyage à Villa Ukika avec la communauté des Yagan, ce qui a compliqué l’organisation de chacune des rencontres prévues depuis des mois, et a fait craindre un manque d’affluence. La nature extrême de ces latitudes méridionales parle son propre langage, rappelant qu’elle n’est pas au service des désirs étrangers de ceux qui visitent ce territoire.

“Les temps des communautés ne sont pas les mêmes que ceux que nous pouvons avoir dans les grandes villes. Nous devons être ouverts à ce qui peut émerger, être réceptifs à ce que ces personnes et la nature peuvent nous donner en leur temps. Je pense que l’ouverture d’espaces de résidence dans des territoires éloignés est une belle possibilité de décentraliser l’art”, déclare Karen Reumay.

Le fait de rester dans l’inconfort a permis d’ouvrir des pratiques artistiques pensées comme un pont entre l’extrême sud et ses habitants, entre l’artiste comme médium et ces histoires obnubilées par l’obscurité apparente causée par les bas-fonds du détroit de Magellan, et qui pourtant émergent.


Paula López Wood est spécialisée dans le récit des paysages et des habitants de la Cordillère des Andes et de l’extrême sud de l’Amérique. Elle travaille actuellement comme rédactrice à Revista Endémico et prépare un doctorat en littérature à la l’Université Catholique du Chili.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp