Accueil Eventos Représenter les procès : défis intellectuels, artistiques et muséographiques

Représenter les procès : défis intellectuels, artistiques et muséographiques

“Représenter les procès : défis intellectuels, artistiques et muséographiques” est un cycle de rencontres sur le devoir de mémoire face aux dictatures latinoaméricaines.

A quelques années des commémorations du cinquantième anniversaire des coups d’État réalisés par des gouvernements militaires en Amérique latine (1973 au Chili et en Uruguay, 1976 en Argentine, 1975 au Pérou), il s’agit de réfléchir à la manière dont les différents pays représentent les procès.   

Dans la plupart des cas, ce sont les images créées à partir d’œuvres de fiction ou de dessins esquissés sur le vif qui ont laissé une représentation de l’acte de juger dans l’imaginaire collectif. Peu de gens ont assisté au déroulement d’un procès. Or, leurs représentations, et plus largement la manière dont la mémoire est écrite, dessinée, enregistrée ou mise en scène, jouent un rôle clé dans les reconstructions politiques et le retour des valeurs démocratiques.

L’objectif de ce projet est de mettre en évidence les points communs et les différences entre les pays d’Amérique latine sur la mémoire des périodes dictatoriales. Des directeurs de musées de la mémoire, des chercheurs, des juges, des techniciens, des journalistes, des caricaturistes, dialogueront autour de cette thématique. Tous les acteurs confrontés aux défis intellectuels et matériels posés par l’exposition des procès, notamment dans les espaces publics de médiation et d’éducation. 

Les activités (tables rondes, expositions, cycles de cinéma et rencontres scolaires), débuteront en juin et se poursuivront jusqu’en décembre 2022.

Table ronde “Les musées et les processus de mémoire, de vérité et de justice : travailler avec les archives des procès pour crimes contre l’humanité”

🗓️  9 juin 2022, 10 hrs

📌 Museo de la Memoria y los Derechos Humanos. En présentiel et en streaming sur la chaîne youtube de l´Institut Français.

🔎  Programme détaillé

Cette rencontre invite les musées à réfléchir sur leurs expériences dans le domaine des archives et des dossiers relatifs aux procès de crimes contre l’humanité. Elle constitue la première étape de préparation de l’exposition Juger et filmer les crimes contre l’humanité prévue au second semestre 2023 au Chili et en Argentine. Celle-ci est réalisée à partir de l’exposition “Filmer les Procès, un enjeu social” des Archives nationales actuellement présentée en France jusqu’en novembre 2022.  Les musées ont la responsabilité de rendre ces archives (témoignages de victimes, récits, archives audiovisuelles, photographies et autres documents) accessibles au public. 

Quelles sont les stratégies muséographiques, archivistiques et éducatives pour l’usage de ces documents ? Comment promouvoir l’utilisation et la re-signification de ces archives dans d’autres domaines de la création artistique et culturelle ? Comment l’utilisation de ces documents peut-elle contribuer aux politiques de réparation et à la promotion du “Plus jamais ça” ? Comment les musées, à travers l’utilisation et la réflexion autour de ces archives et des modes de registres des procès, peuvent-ils rendre les absences visibles, promouvoir une plus grande transparence et favoriser des changements et/ou des avancées dans les processus de vérité et de justice ? sont les questions abordées lors de cette rencontre. 

Intervenants

Cécile Dazord (Argentine) 🇦🇷  est commissaire d’exposition et muséologue, spécialisée dans l’art contemporain. Elle est titulaire d’un diplôme en philologie classique de l’université Sorbonne Paris 4 et diplômée de l’Institut national du patrimoine (1999). Elle a été directrice du Musée de Vallauris (2000) et responsable en art contemporain au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (2001-2005). Elle a dirigé le programme de recherche sur la conservation de l’art contemporain au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF, Paris, 2006-2019). Elle y a développé un programme consacré à l’obsolescence technologique en tant que problème spécifique de l’art contemporain dans le domaine du patrimoine. Elle a dirigé le numéro spécial 37 de la revue Technè, Conserver à l’ère de l’obsolescence technologique (2013). Depuis 2019, elle vit à Buenos Aires où elle collabore avec plusieurs institutions : Universidad nacional San Martin (séminaire sur la conservation de l’art contemporain), Museo nacional de Bellas Artes (programme de recherche sur la conservation et la restauration d’un corpus d’œuvres cinétiques), Museo de Sitio y Memoria ESMA. Elle est commissaire du projet d’exposition Filmar los juicios de lesa humanidad – Francia, Chile Argentina (Santiago, Buenos Aires, septembre-décembre 2023).

Humberto Mancilla (Bolivie) 🇧🇴  est avocat, cinéaste et gestionnaire culturel.  Il a étudié le droit ainsi que les sciences politiques et sociales à l’Universidad Mayor de San Francisco Xavier de Chuquisaca (Bolivie). Il a travaillé sur la production du film La Nación Clandestina (La nation clandestine) de Jorge Sanjinés et a participé à l’atelier El documental como memoria de la humanidad (Le documentaire comme mémoire de l´humanité) à l´école de San Antonio de los Baños à Cuba et a reçu une bourse de l’Institut Officiel de Radio et de Télévision d´Espagne. Il est titulaire d’une maîtrise en gestion et politique culturelles de l’université de Gérone et a suivi le programme de doctorat en sciences et humanités de la Convention Andrés Bello, de l’Institut international pour l’intégration et de l’université nationale du 20ème siècle. Il a été attaché culturel de l’ambassade de Bolivie en Espagne, vice-président de la Fédération des écoles de l’image et du son d’Amérique latine et président du Conseil départemental des cultures de Chuquisaca. Sa production audiovisuelle est liée à des documentaires sur les mouvements sociaux, dont El Año 501, Luna llena roja de ponchos, El anuncio de la restauración, El espíritu de Tupaj Katari, entre autres. Cofondateur et actuel directeur du Centre de Gestion Culturelle Pukañawi (œil rouge en quechua) qui organise le Festival international du film sur les droits humains à Sucre.

Claudia Chamorro Levine (Chili) 🇨🇱  est docteure en études latino-américaines, mention culture de l’Universidad Nacional Autónoma de México, master en études latino-américaines et anthropologue sociale de l’Universidad de Chile. Elle travaille actuellement en tant que responsable des contenus et des scripts au sein du département de muséographie du musée de la Memoria y los Derechos Humanos et en tant que chargée de cours au département d’anthropologie de l´Universidad Alberto Hurtado. Elle est également chercheuse pour le projet Museografías del Territorio” financé par Fondart. Elle a travaillé sur plusieurs projets de recherche liés au patrimoine, aux musées, au genre, aux peuples indigènes et aux mémoires. Elle a reçu le prix “Haz tu tesis en cultura” du Ministerio de la cultura, de las artes y del patrimonio pour ses recherches doctorales sur les processus de construction identitaire des poètes mapuches et yucatèques mayas dans le contexte de la visibilité croissante des littératures indigènes contemporaines. Elle a fait partie de l’équipe de recherche documentaire et ethnographique qui a élaboré le scénario muséographique du musée régional de la mémoire et des droits de l’homme de Biobío.

Erika Hennings (Chili) 🇨🇱  est directrice de Londres 38, espacio de memorias. Militante pour les droits de l’homme et la mémoire. Plaignante dans le procès Pinochet pour 4 DD franco-chiliens (1998-2010).  Ancienne prisonnière politique (1974). Exilée en France (1974-1983).  À son retour, elle rejoint l’ensemble du mouvement de résistance à la dictature par le biais de différentes organisations. Elle était membre de l’Association des familles de détenus disparus (AFDD). Ministère de la santé (1996 à janvier 2010 et 2014 à 2016). Commission Valech et Rettig (2010-2011). Coordinatrice du programme des droits de l’homme de Médecins du monde (Chili) (1989-1994) Membre de l’équipe DITT du CODEPU.

María Luisa Ortiz Rojas (Chili) 🇨🇱  est bibliothécaire, documentaliste et chercheuse en droits humains.  María Luisa Ortiz a travaillé à la Corporation pour la promotion et la défense des droits du peuple (CODEPU) de 1985 à 2001. Entre 2002 et 2006, elle a travaillé au sein du programme des droits humains du ministère de l’intérieur du Chili et, de 2006 à 2009, elle a été conseillère auprès de la Commission présidentielle pour les politiques des droits humains. Elle a rejoint le projet du Musée de la Mémoire en 2008 en tant que responsable de la formation de ses collections. De 2018 à 2021, elle a travaillé en tant que chercheuse dans le cadre du projet Technologies politiques de la mémoire: utilisations et appropriations contemporaines des dispositifs d’enregistrement des violations des droits humains perpétrées par la dictature au Chili avec l’Université Alberto Hurtado, l’Université Austral et le Museo de la Memoria y los Derechos Humanos de Chile (MMDH). Depuis 2010, elle est responsable des collections et de la recherche au Museo de la Memoria y los Derechos Humanos de Chile.

Martine Sin Blima-Barru (France) 🇫🇷  est conservatrice du patrimoine et responsable du département de gestion des données des Archives nationales. Elle est commissaire de l’exposition Filmer le procès, un enjeu social organisée aux Archives nationales à Paris entre 2020 et 2021.

José Fernández (Paraguay) 🇵🇾  est avocat. Il est titulaire d’un doctorat en sciences juridiques de la faculté de droit et de sciences sociales de l’université nationale d’Asunción. Il a été huissier de justice en 1983, greffier en 1986, et procureur de la République depuis 1989. Il est entré dans la magistrature en 1991, en tant que juge de première instance en matière pénale du troisième quart. En 1994, il est promu au poste de membre de la Cour d’appel pénale. En 1996, il est nommé directeur des affaires juridiques au ministère des affaires étrangères. En 1999, il a réintégré la magistrature en tant que membre de la Cour d’appel pénale, poste qu’il occupe à ce jour. Il enseigne le droit pénal à la faculté de droit de l’UNA et à l’école judiciaire du Conseil de la magistrature. Il a agi pour la défense des droits de l’homme et, dans ce domaine, il est le juge qui a ordonné la perquisition du commissariat de police qui a conduit à la découverte des archives de la terreur. Il a assuré la garde de ces archives jusqu’à la création du Centre de documentation et d’archives pour la défense des droits de l’homme, dont il a été nommé co directeur en 1993-1994, avant d’être affecté en 2011 au poste de directeur du Musée et des archives pour la défense des droits de l’homme du pouvoir judiciaire, poste qu’il occupe encore aujourd’hui. 

Manuel Burga (Pérou) 🇵🇪  est titulaire d’une licence en histoire de l’Université Nacional Mayor de San Marcos (UNMSM). Il est docteur en Histoire de la Sorbonne Université. Manuel Burga a reçu le Prix National d ́Histoire Jorge Basadre – CONCYTEC, les Palmas Magisteriales en Grado de Amauta – MINEDU (2014) et a été recteur de l’UNMSM (2001-2005).  Il est actuellement directeur de Lugar de la Memoria, la Tolerancia y la Inclusión Social – LUM (Lima). Il a notamment publié De la encomienda a la hacienda capitalista (1976) et Nacimiento de una utopía (1988). 

Madelon Aguerre (Uruguay) 🇺🇾  est diplômée de la faculté de droit de l’Université de la République. Madelon Aguerre est activiste sociale en Uruguay, membre de l’équipe Mémoire et Impunité et membre du Service de Paix et Justice (SERPAJ Uruguay). Depuis 1994, elle a participé à de nombreux événements liés à l’histoire récente, à la mémoire et à l’impunité. 

Organisateurs : Ambassade de France au Chili, Institut français du Chili, Musée de la mémoire et des droits de l’homme.

Partenaires : Institut français d’Argentine, ambassades de France en Bolivie, au Paraguay, au Pérou et en Uruguay, Festival international de films sur les droits humains (Bolivie); Cineteca de los Derechos Humanos; Ministère de la culture du Pérou; Lugar de Memoria, de Tolerancia y de Inclusión social du Pérou; Musée de la justice du Paraguay.

 


Juin - 09 - 2022
Expiré!
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp