Sociologie et anthropologie: conférences de David Le Breton

Par Elisa Sgambati, jeudi janvier 10th, 2019
Quand :
14 janvier, 2019 à 7:00 – 15 janvier, 2019 à 6:30
2019-01-14T19:00:00-03:00
2019-01-15T18:30:00-03:00
Sociologie et anthropologie: conférences de David Le Breton

14 janvier, 19h00
Institut français du Chili. En français  

15 janvier, 18h30, Aula Magna Facultad de Derecho Universidad de Chile, Pío Nono 1, Santiago

au
Quand :
14 janvier, 2019 à 7:00 – 15 janvier, 2019 à 6:30
2019-01-14T19:00:00-03:00
2019-01-15T18:30:00-03:00
Sociologie et anthropologie: conférences de David Le Breton

Sociologue et anthropologue de l’Université Marc Bloch de Strasbourg, David Le Breton est spécialiste dans les représentations sociales et culturelles du corps humain et des comportements à risque. Parmi ses publications figurent Anthropologie du corps et de la modernitéAnthropologie de la douleur ou Le silence.

David Le Breton animera la conférence en français, La peau, incarnation de la relation à l’autre, à l’Institut français du Chili le lundi 14 janvier à 19h00 et participera aux Journées interdisciplinaires doctorales: Des disciplines à la trans-discipline: comment aborder cette question au niveau doctoral ? le mardi 15 janvier à 18h30 à la Facultad de Derecho de l’Université du Chili, Pío Nono 1, Aula Magna, Santiago. Les journées interdisciplinaires seront aussi retransmises en streaming https://www.youtube.com/watch?v=b6uUuCBLBrk

LA PEAU, INCARNATION DE LA RELATION À L’AUTRE

La peau est une métaphore de la relation à autrui, elle mesure en effet la qualité de contact. Elle est le lieu de l’interface avec autrui. La peau enclôt le corps, les limites de soi, elle établit la frontière entre le dedans et le dehors de manière vivante, poreuse, car elle est aussi ouverture au monde, mémoire vive.  La peau est l’objet d’une revendication esthétique, à travers par exemple l’engouement sur le tatouage et le piercing, mais simultanément, à travers la prise d’importance des attaques au corps chez les jeunes générations, à travers notamment les scarifications, elle incarne le lieu sensible de l’identité contemporaine, elle en traduit l’ambivalence, la frontière ambiguë et difficile entre soi et l’autre qui implique une mobilisation et un souci sans repos. DAVID LE BRETON